• news Syndicate content

Du Vitaphone au son numérique 

Par Vincent Magnier - Publié le 29 May 2013
Du Vitaphone au son numérique

Evolution du son, du phonographe de Thomas A. Edison au Vitaphone de la Warner, du Photophone RCA au Dolby-Stéréo, jusqu’aux dernières innovations numériques.

Considéré aujourd’hui encore comme l’enfant pauvre du cinéma, le son connaît principalement à partir de 1925 une évolution riche et remarquable, grâce notamment à l’invention de l’amplification électrique. Plus de cent systèmes sonores auront été commercialisés depuis le célèbre Jazz Singer jusqu’à nos jours.

Pour le troisième volet de cette saga du son, nous vous ferons écouter en live et à l’aide d’équipements anciens et originaux, l’histoire de la reproduction sonore au cinéma : depuis les phonographes d’Edison, les sons des tous premiers haut-parleurs électriques de type téléphonique, les premiers sons sur disques avec des enregistrements Gaumont et Vitaphone, jusqu’aux procédés numériques. Cette conférence-projections sera une opportunité rare de voir et d’entendre un ensemble d’extraits de films dans leur véritable condition d’origine, restituant ainsi la dimension archéologique d’un patrimoine scientifique longtemps négligé.

Une rarissime collection d’appareils anciens et actuels seront exposés et fonctionneront dans la salle.

 

Jean-Pierre Verscheure est professeur à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) de Bruxelles, membre du conseil scientifique du Conservatoire des techniques et de plusieurs associations internationales. Il est à l’origine d’un centre d’études et de recherches sur l’évolution des techniques cinématographiques, Cinévolution, dans lequel plus de 65 systèmes sonores ont été restaurés.

 

Plein tarif 4 € / tarif réduit 3 €/ Forfait Atout Prix et Carte CinEtudiant 2.5 € / Libre Pass Accès libre


Commentaires (1)

Vous devez vous identifier pour poster des commentaires.
Tout masquer/afficher
Thierry Lebon's picture

On a vu et entendu

Conférence super complete (3eme volet) sur le son au cinema jusqu'a l'arrivée du cinéma numérique.
On a entendu (et vu) du mono, du Dolby A, du Dolby SR, du magnétique couché (copie d'un 70mm), tout jusqu'au 6.1.
Magnifique conférence agrémentée d'extraits adequats.
Pour emettre une seule critique, l'extrait du film de Miler avait un son plus que moyen, ce qui choquait dans l'évolution qualitative des extraits.
La cinématèque est tres bien équipée.
Bravo et merci a Vincent Magnier d'avoir répaercuté l'info.
Thierry